20 ANNEES-LUMIERE 

EXPOSITION PHOTOS ARGENTIQUES // CATALOGUE EXPO // FILM DOCUMENTAIRE VIDEO

 

 

20 ANNEES-LUMIERE est une collection de 9 prises de vues argentiques, insolites et inédites, qui ont voyagé dans " l'espace-temps".  VOLONTAIREMENT, la pellicule contenant ces images, n'avait JAMAIS été développée.

 

Pendant 20 ANS, l'artiste photographe l'avait conservée, avec lui et sur lui, quasi-quotidiennement dans ses poches de blousons, de pantalons, de sacs photos, dans la boite à gants de sa voiture en plein soleil ou dans le froid humide de l'hiver, le tiroir de son bureau et dans un carton du garage.

 

Alors,  pourquoi l’auteur n'avait-il jamais développées ses photos ? Et pourquoi et comment a-t-il pu garder cette pellicule sur lui pendant 20 ans ? Que nous dévoilent ces photographies après un tel voyage dans le temps ? Ces traces de lumière ont-elles disparues ? Sont-elles seulement altérées, ou au contraire, sublimées à la manière un peu d’un grand vin dans une vieille bouteille? Mais surtout, quels jeux graphiques nous réservent-elles ? Et quelle mémoire sécrète cachent-elles ? La magie des tirages argentiques sur papier baryté, est-t-elle bien au rendez-vous ?

 

__________________________________________________________________________________

 

20 LIGHT-YEARS

 

ARGENTIC PHOTOS FINE-ART // EXHIBITION CATALOG // DOCUMENTARY VIDEO FILM

 

 

"20  light-years" is a collection of 9 light-painting shots made in black and white, by the photographer and artist Thierry PONS, in the Tarn region (France, South West), exactly 20 years ago.

 

Those photographs have NEVER been developed nor printed, on purpose.

 

During all this time, those pictures have been staying in their canister, set on the original roll of film which has followed the artist almost daily, safely concealed in his jacket, trousers, photo bags, in his car's glove box, his desk drawer, only to finally remain in a cardboard box in his garage until today.

 

So, why didn't the artist ever develop them? And why did he keep this film on him during 20 years? What will these photographs unveil after such a trip through time? Will those imprints of light have disappeared? Will they be simply distorted or, on the contrary, sublimated like a great wine in an old bottle? Most importantly, what visual games do they have for us? What secret memories are they hiding? Will the magic of silver prints on baryta paper work at all?

 

Qu’y avait-il sur cette pellicule ? 

T.P : Il y a 20 ans, à l’occasion d’une course automobile en nocturne, j’avais réalisé des prises de vues en pose longue, au bord d’une route de campagne. La lumière des phares des bolides en pleine vitesse, les silhouettes humaines et végétales dessinées et changeantes tout autour, le tracé tantôt rectiligne tantôt courbé de la route, et l’atmosphère ambiante toujours plus spéciale la nuit que le jour, m’ont incité à utiliser la technique du light painting. J’avais trouvé là, le terrain idéal pour exprimer des jeux de graphismes et de contre-jour, et mettre en scène l’animation lumineuse et les mouvements des ombres dans un décor sombre, presque irréel, pour traduire mes émotions et ma créativité.

Pour accentuer ces effets, j’avais choisi le noir-et-blanc, fidèle à ma formation de dessinateur spécialisé dans l’hyper-réalisme, influencé par l’art des clairs obscurs, et encore imprégné à l’époque, par ma récente production photographique humaniste en Amérique du Sud. 20 ans après, la question était de savoir ce qu’il restait sur cette pellicule, ou au contraire, ce qu’il y avait en plus !

 

What was on this film ?

T.P : 20 years ago, during a night-time car race, I produced thirteen shots in bulb exposure, on the side of a road. The light from the headlights of the racing cars in full speed, the changing human and vegetal figures around it, the outline of the sometimes straight, sometimes curving road, and the surrounding atmosphere that is always special during the night rather than the day all inspired me to use the technique of light painting. There, I found the ideal ground to create subtle games of graphics and backlighting, to dramatize the luminous animation and the movements of the shadows in a dark setting, almost unreal, to translate my emotions and my creativity.

To emphasize these effects, I have chosen the black and white, loyal to my initial education as a designer specializing in hyper-realism using a pencil, influenced by the art of chiaroscuro, and still under the influence of my recent humanist photographic production in South America, at the time. 20 years after, the question was: what was there more or less on this film!

 

Pourquoi ne jamais avoir développé ni tiré ces images ?

C’était un choix délibéré dès le départ. Inspiré par le voyage de la lueur des étoiles pour venir à nos yeux, j’ai souhaité donner du temps à ces traces de lumières d’arriver jusqu’à nous. Certains astres sont même déjà éteints lorsque nous découvrons à peine leur existence. Qu’en sera-t-il alors de cette lumière fixée sur la pellicule ? Arrivera-t-elle à voyager dans le temps comme celle des étoiles? Qu’en sera-t-il au final? C’est ce qui fait la beauté et le plaisir de la découverte, et de la redécouverte, celle et celui  « d’attendre l’inattendu » ! Ces notions sont oubliées de nos jours. Avec l’avènement de la photographie numérique, au début des années 2000, tout est devenu plus rapide et immédiat. Aussitôt après avoir « shooté », les photographes vérifient systématiquement leurs images à l’écran de leurs appareils pour contrôler les imperfections, pour vérifier que tout est "OK", ou pour corriger. Sans parler des nouvelles technologies, smartphones et autres réseaux sociaux où chacun maitrise son image avec des effets gadgets. La magie et la surprise ont disparu au profit d’un monde dogmatique où le fond a peu d’importance par rapport à la forme.

Ici, dans ce projet,  j'étais en quête de hasard et de mystère, de la réussite d’une idée mais peut-être aussi de son échec, sans peur de rater, ni de malfaire. C'était un risque que j’avais appris à accepter, grâce au temps et sa profondeur. C’est une œuvre poétique. Une question philosophique sur ce Temps qui passe et notre rapport à celui-ci.

 

Why did you never develop or print these images ?

It was a deliberate choice from the very beginning. Inspired by the time the light of the stars travel to reach our eyes, I wished to give time to these imprints of light to reach us. Some stars are already dead by the time we become aware of their existence. What will become of that light fixed on the film ? Will it manage to travel through time like the light of the stars ? What will become of it at the end ? That is what makes the beauty and pleasure of discovery, and rediscovery : to "await the unexpected"! These notions are forgotten nowadays. With the advent of digital photography, at the beginning of the new millenium, everything has become quicker and more immediate. As soon as the shot is taken, the photographers verify systematically their pictures on the screen of their cameras to inspect the imperfections, to check that everything is OK, or to correct them. Not to mention the new technologies, smartphones and social networks where everyone remasters their own picture with artificial effects. The magic and surprise have been replaced by a dogmatic world where the core has little importance in comparision to the form.

Here, with this project, I was on a quest to find happenstance and mystery, the success of an idea but also perhaps its failure, without any fear of failure, or of doing wrong. It was a risk that I learned to accept thanks to the passage of time and its depth.

It is a poetic work. A philosophical question about the passing of Time and our relation to it.

 

Pourquoi  avoir gardé sur vous cette pellicule, pendant tout ce temps ?

La première raison était d’engager un processus particulier de maturation en apportant à ces photographies une expérience « prénatale », en les exposant à la chaleur, au froid et aux chocs, 

pour leur donner un grain singulier et une « couleur » unique, une saveur originale et une âme personnelle, un peu comme un vin de garde vieilli en fût de chêne qui possèdera des qualités gustatives propres suivant le lieu, l’atmosphère, la bouteille ou le bouchon.

La deuxième était plus inattendue. Au début, cette pellicule est devenue rapidement une sorte de talisman, un porte-bonheur, m’apportant en retour, une énergie supplémentaire, une force créative, une aide à l’inspiration, une protection contre le doute et la peur dans mon travail quotidien. Mais plus le temps passait, plus je parvenais à m’éloigner d’elle, jusqu’à m’en détacher complètement, fruit certainement de l’expérience et d’une maturité. Mais aussi pour apprécier d’avantage un jour certain et programmé, l’instant des retrouvailles. « Oublier » cette pellicule pour, dans le futur, profiter au maximum de la surprise et retrouver l’émerveillement.

C’est une nage à contre-courant de la vie éphémère des images actuelles sur Snapchat, Instagram ou Internet en général. Dans « 20 années-lumière », seul le Temps décide de l’existence et de la durée de ces photos. Personne ni rien d’autre ! Encore moins un système informatique sans âme, ni corps.

 

Why did you keep this film on your own person for so long ?

The main reason was to commit to a particular maturation process by providing these photographs a "prenatal" experience by exposing them to heat, cold, and impacts to give them a distinctive grain and a unique "color", an original appeal and a personal soul; it's a process similar to wine to keep, aging in an oak barrel, which will possess its own gustatory qualities depending on the place, the atmosphere, the bottle or the cork.

The second reason was more unexpected. At the beginning, this film had rapidly become a sort of talisman, a lucky charm, bringing me in return a supplementary energy, a creative power, a help for inspiration, a protection against doubt and fear in my daily work. But the more time passed, the more I managed to grow apart from it, until I completely detached from it, certainly the fruit of the experience and maturity I acquired. But also to enjoy further a certain set day, the instant of the reunion. "To forget" about this film in order to, in the future, take the most pleasure out of the surprise and find again wonder.

I am swimming against the flow of the ephemeral pictures on Snapchat, Instagram or the Internet in general. Only Time decide the existence and duration of those photos. No one else, especially not digital system without a soul, nor a body.

 

Pourquoi avoir attendu aujourd’hui pour développer et tirer ces photographies?

A l'époque des prises de vues, la technique argentique donnait encore, au niveau étymologique, tout son sens à la photographie : écrire avec la lumière. La lumière imprégnait véritablement des traces sur le négatif, et tout était réel et concret. On pouvait toucher, ranger, manipuler les images. Aujourd’hui, la lumière est transformée en données numériques et tout peut rester virtuel sur un disque dur, un ordinateur ou un téléphone. Quand on éteint l’écran, après, il ne reste plus rien. Il manque l’objet.

Dans le respect de cette évolution moderne, dans laquelle j’évolue professionnellement, je souhaitais revenir vers des valeurs initiales pour retrouver une photographie en tant qu’objet, mais surtout pour aller au bout d’une idée et d’une démarche artistique entreprise avec conviction voilà vingt ans. Oui, vingt ans sont passés. Une génération est née sans connaître vraiment l’argentique, sans jamais parfois toucher de vraies photographies papier. Et face à la saturation d’images, notamment sur internet, j’essaye aujourd’hui d’emprunter un autre chemin, et d’aller vers une autre pratique photographique et artistique. Revenir aux origines, à mes racines de photographe. C’est un pari et un véritable parti-pris. Un travail sans filet depuis le début, et c’est une œuvre dont, pour une fois, personne, pas même moi, ne connaissait le résultat ni la fin. Seulement sa finalité.

 

Why did you wait today  to develop and print these pictures ?

At the time of the shots, the silver technique gave, on an etymological level, all of its sense to photography: writing with the light. The light truly permeated tracks on the negative, and everything was real and concrete. We could touch, tidy, manipulate the images. Nowadays, the light is transformed in digital data and everything can lie digitally on a hard disk, a computer or a telephone. When you turn off the screen, nothing is left. The object is missing.

In respect to this modern evolution, in which I progress professionally, I wished to go back towards initial values to find again photography as an object, but mainly to go to the end of an idea and an artistic approach undertaken with frim conviction twenty years ago. Yes, twenty years have passed. A generation was born without knowing anything about silver, without ever touching real paper pictures. And facing the saturation of images, particularly on the Internet, I try today to take another path, and to go towards another photographic and artistic practice. Going back to the origins, to my roots as a photographer. It is a  gamble and an actual commited stance. A work with no safety net since the beginning, and it is a piece of art of which, for once, no one, not even me, knows the end. Only the purpose. 

 

 

 

© Vanessa Nourisson / Veni Vidi Prod
© Vanessa Nourisson / Veni Vidi Prod

...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© LENGAS Studio/ Ce site est la propriété de Thierry PONS qui est titulaire de tous les droits de propriété intellectuelle. Ce site constitue une oeuvre protégée au titre de la propriété intellectuelle.Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.